Cahier#2 : Le poisson commence à sentir par la tête

Manifestation 02

Le poisson commence à sentir par la tête

Ça pue partout. Smells to heaven. Débâcle financière, scandales de corruption, lois de stabilité, bilans CO2, dettes, capital mondialisé, exploitation du Sud par le Nord et de l’Est par le Ouest. Il n’y a pas de présomption d’innocence possible. Pour rien et pour personne.

D’habitude, nous pensons aux choses avec un début et une fin, un dessus et un dessous, un devant et un derrière. Mais ces coordonnées n’ont pas la même valeur. Pourquoi? Le dessus est plus transcendant que le dessous; le dessous est plus obscur que le dessus. Le début est plus frais que la fin, la fin est plus cruelle que le début. Le devant est plus accessible que le derrière, par derrière est plus vicieux que par devant. Le surmoi se situe sur le moi, le moi sur le ça. Le modèle scandinave est au-dessus, la Grèce ruinée au-dessous. Pendant que nous dans le Nord travaillons dur, dans le sud ils fainéantent … D’où reçoivent-ils leur force ces vecteurs et ces verticales? D’où vient-il ce zèle pour l’ordre et la hiérarchie? D’où vient-elle cette préférence pour le début, pour le dessus et pour le front?

«Le poisson commence à sentir par la tête.» Un proverbe, qui était déjà utilisé dans l’Agora attique. Il porte plusieurs siècles sur son dos. Il a dit la vérité pendant des siècles. La vérité? Oui, un proverbe dit la vérité parce qu’il s’accorde avec la majorité, parce qu’il cimente le sens majoritaire, parce qu’il se trouve au milieu du peuple; bref, parce qu’il représente le sens commun. Il semble donc impossible, puisque nous concevons la philosophie comme l’avocate de la minorité, de philosopher avec la vertu intrinsèque d’un proverbe. Mais cela est justement ce que nous cherchons de faire ici: se mettre à la merci des proverbes, se mesurer avec eux et démasquer leur idéologie. Parce que les proverbes semblent constituer les bastions inexpugnables du langage et de la langue, parce qu’ils sont l’abri du bon sens et parce qu’ils ne se déconstruisent pas eux-mêmes. Nous devons mettre le poisson sur le dos – ou le poser sur les nageoires.

Et nous poser la nauséabonde question: Est-ce que l’Esprit (grecque pneuma) est juste le médium de la puanteur – ou peut-il commencer à puer lui-même?

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s